Forum Érable Atlas
Bonjour et Bienvenue
sur le Forum ErableAtlas


Merci pour votre passage.

PUB & partenaires
W3Schools
W3Schools
W3Schools
W3Schools
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Le big-bang démographique en route

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le big-bang démographique en route

Message par yassir_bout le 31/07/09, 09:32 am



Les femmes font moins d’enfants: 2,3 en moyenne

· Les villes en dessous du seuil de renouvellement des générations

Le travail que vient de publier le Haut commissariat au plan (HCP), «croissance et développement humain au Maroc» dresse une photographie des évolutions structurelles de la société et des conditions de vie des ménages. Sur la base d’un croisement de plusieurs enquêtes, les experts du HCP ont scruté plusieurs variables: démographie, niveau de vie des ménages, consommation, marché de l’emploi, développement humain sur la période 1998-2008.
L’enquête confirme une tendance lourde relevée lors du dernier recensement (2004): l’accélération de la transition démographique. Entre 1998 et 2008, le taux d’accroissement annuel de la population est passé à 1,08%. Dix ans plus tôt, il était à 1,49. Sur la même décennie, la population augmentait chaque année de 350.000 personnes, soit l’équivalent d’une ville comme Agadir, souligne le Haut commissariat au plan. Toutes les heures donc, la population marocaine s’accroît de 39 personnes. C’est 16 habitants en moins qu’il y a dix ans, soit une baisse de 30%.
A l’origine, le spectaculaire recul de l’indice synthétique de fécondité. Les femmes font aujourd’hui moins de bébés. En moyenne, le nombre d’enfants par femme s’élève à 2,3 contre 2,8 en 1998. Il y a vingt ans, ce même ratio s’établissait à 4,3. Entre 1988 et 2008, la moyenne par femme a été réduite de deux enfants. Résultat, les villes sont aujourd’hui au-dessous du seuil de renouvellement des générations, constate Ahmed Lahlimi, haut commissaire au plan.
L’explication de ce phénomène tient à plusieurs facteurs. Si l’élévation du niveau y est pour beaucoup, l’accès plus important de la femme au marché de l’emploi lui impose de nouveaux critères d’arbitrage sur la maternité. Par ailleurs, le recul de l’indice de fécondité impacte les conditions de confort dans les ménages: la densité d’occupation des logements est passée à 1,6 personne par pièce contre 1,9 dix ans plus tôt. Cet indicateur reste une moyenne, et en tant que tel, il ne renseigne pas sur les dispersions. Il va sans dire que dans les banlieues à forte concentration des populations dans les grandes villes, cette densité est beaucoup plus élevée. Dans leur déclinaison, les politiques publiques devraient prendre en compte cette baisse de l’indice synthétique de fécondité: pour l’Education nationale par exemple, moins d’enfants implique moins de nouvelles écoles à construire, et une meilleure allocation des ressources existantes. A la pratique, cette relation n’est pas aussi évidente. Il reste encore trop de salles de classe à moitié vides (à Casablanca) tandis que dans les villes moyennes, le sureffectif continue de plomber les conditions de travail des élèves et des enseignants. Pour les promoteurs immobiliers, la réduction de la taille moyenne des ménages se traduirait par des logements moins grands, mais plus confortables. Là aussi, le compte n’y est pas toujours.
L’autre grande tendance lourde de l’étude du HCP concerne l’urbanisation accélérée. 3 millions de nouveaux citadins ont grossi les rangs des habitants de villes entre 1998 et 2008. Cela équivaut à près de 10% de la population totale, et accentue la pression sur les infrastructures collectives et les services publics (écoles, centres de santé, etc.).
La dernière décennie a été aussi celle du reflux de grandes vagues migratoires de campagnes vers les villes observé au milieu des années quatre-vingt. Le solde migratoire urbain s’établit à 110.000 personnes entre 1998 et 2008 contre 170.000 durant la décennie précédente.
L’amélioration du niveau de vie, même si elle reste très disparate, ressort clairement à travers une réallocation budgétaire des ménages. En dix ans (1998-2007), la structure des dépenses de consommation des ménages a sensiblement évolué. La part du budget consacré à l’alimentaire (41%) recule de deux points et pour la première fois, cette proportion passe sous la barre de 50% dans le monde rural. Alors qu’ils vont enchaîner deux périodes de haute saison consécutives (l’été et le Ramadan), les sociétés d’articles électroménagers (grand) devraient tirer des enseignements marketing des données que le Haut commissariat au plan publie sur l’équipement des ménages.
Le téléviseur est de loin l’appareil le plus répandu dans les ménages marocains. Et c’est le premier équipement que l’on installe dans son foyer. Près de 9 ménages sur 10 (88,5%) disposent d’une «télé» contre 7 sur 10 (69,5%) il y a dix ans. Dans le monde rural, la proportion est de 79%, soit 37 points de plus en dix ans. C’est donc dans la campagne que la pénétration de la «télé » a été la plus forte, un phénomène à lier sans doute à l’extension de l’électrification rurale dans le cadre du Perg. 80% des ménages ruraux ont aujourd’hui accès à l’électricité, selon le HCP. A noter cette petite surprise pour la parabole, «seuls» 59% des ménages en seraient équipés. Ce taux frôle pourtant les 100% dans certaines grandes villes.
Deuxième équipement prioritaire des ménages, le réfrigérateur dont le taux de pénétration est de 66,7%, soit deux ménages sur trois. Dans le monde rural, ce taux est de 39%. Pour ces deux équipements (téléviseur et réfrigérateur), le marché montre des signes de saturation, notamment en ville. Les opérateurs y axent désormais leur stratégie sur la demande de renouvellement en orientant leur offre vers des appareils haut de gamme. Pour la télé, l’écran plat a relancé la demande, tandis que les réfrigérateurs no-frost et high-tech ont ranimé le marché des produits blancs. Mais tous reconnaissent que c’est le lave-linge qui a la plus forte marge de progression.

Source : leconomiste

yassir_bout

Masculin Nombre de messages : 2306
Age : 41
Résidence : Sherbrooke
Statut : Visa le 28/07/2010
Date d'inscription : 05/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le big-bang démographique en route

Message par Rachel le 31/07/09, 12:16 pm

Merci pour ces infos, yassir !

Je me demandais si on prenait également en compte les grandes vagues migratoires du Maroc vers l'Etranger (Canada, Italie....)... Ca devrait chiffrer !

Un autre indice qui m'intéresse vivement et qu'on appelle communément " le taux d'alphabétisation", appellation que je considère non applicable de nos jours... Je la remplacerai volontiers par "taux de prise de conscience " (wa3ye) et taux d'instruction et du savoir (al ma3rifa). J'aimerais bien connaître les indices de ces 2 items chez nous et surtout connaître le plan d'actions mis en place pour pallier aux lacunes correspondantes, ô combien nombreuses !

A+
Rachel

Rachel

Féminin Nombre de messages : 3463
Age : 41
Résidence : Casablanca
Emploi : RRH
Statut : Visaiste
Date d'inscription : 03/06/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le big-bang démographique en route

Message par dafir le 31/07/09, 11:34 pm

merci2 yassir_bout

pour ces infos.

dafir

Masculin Nombre de messages : 3666
Statut : installé
Date d'inscription : 29/07/2007

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum