Forum Érable Atlas
Bonjour et Bienvenue
sur le Forum ErableAtlas


Merci pour votre passage.


FREDERICTON, la victorienne silencieuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

FREDERICTON, la victorienne silencieuse

Message par kabi le 24/01/16, 07:54 pm

Fredericton. La plus petite ''capitale de province'' du Canada. Je la nomme la victorienne silencieuse, car on y trouve plein de maisons avec un cachet victorien et elle inspire une sensation de quiétude imposante.


Carte de la ville



Down-town:


En se baladant dans les artères de cette ville on dirait que sommes dans les années 1800, où la structure des maisons nous fait penser à un musée à ciel ouvert de maisons victoriennes. Son centre-ville dégage un charme singulier, sa juxtaposition de la rivière de Saint-Jean contribue à cette paisibilité et les gens sont courtois et se disent « good morning !… hello !… bonjour !… hi !… » à chaque fois qu’on se croise, dans la rue, dans le supermarché, à la bibliothèque, aux parcs etc.. Son marché agricole W. W. Boyce, situé sur la rue George, quoique petit et ouvert juste les samedis en matinée, est un lieu de rencontre rituel de ses habitants qui gardent cette tradition de longue date.


City-Hall:


C’est une petite ville d’environ 65.000 habitants. Si on y ajoute la Base des forces Canadiennes Gagetown d'Oromocto et les quelques 11 villages dans les alentours cela forme ce qu'on appelle the Greater Fredericton Area d'environs 125.000 habitants. Ils sont à prédominance anglophone (d'origine britannique), à peu près 20% de bilingues et 6% de francophones.






La majorité des établissements fédéraux et provinciaux s’y trouvent, en plus de deux universités : Saint-Thomas University, connue beaucoup plus pour être celle où Brian Maloney (un des premiers ministres et figure emblématique du canada) a fait ses études et l'université du Nouveau-Brunswick UNB bien classée dans la catégorie « universités innovatrices » au Canada par MacLean’s magazine (2013). Il y a rarement du trafic aux heures de pointes (pas plus de 10mn de bouchons), la nature y est abondante; le parc Odell (sur la carte on peut voir qu’il prend presque le quart de la partie sud de la ville) contient un mélange somptueux de jardins aménagés, agrémentés de rhododendrons (des plantes formant des arbustes étalés ou arrondis) et d’autres plantes en plein forêt. Il y a un aspect rural au sein même de la ville.


Lighthouse de Fredericton:


Au marché W.W. Boyce:



Le prix des maisons est très abordable à Fredericton. Selon le Demographia International Housing Affordability Survey « les marchés immobiliers les plus abordables au Canada sont Moncton et Fredericton, au Nouveau-Brunswick » (Janvier 2015). Même son de cloche chez la banque RBC « les provinces atlantiques arrivent au premier rang canadien quand vient le temps d’acheter une maison à prix abordable » (Mars 2015).


Governor House:



Seulement voilà. Malgré ce qui vient d’être cité, je constate que la ville n’échappe pas à un ensemble de facteurs dissuasifs :

Selon la récente étude de l’Institut d’études urbaines et communautaires de l’Université du Nouveau-Brunswick, il parait que les citoyens de la province (par rapport à tout le Canada) sont beaucoup trop dépendants de l’automobile et n’ont pas de transports publics adaptés à leurs besoins.
La ville de Fredericton est petite et a un grand côté rural, cette ruralité est un facteur
important expliquant cette dépendance à la voiture, par conséquent qui dit plus de voitures dit faire plus de distances, donc plus de charges, et moins d’économies… l’Institut estime d’ailleurs que le système de transports en commun actuel est désuet « Pour franchir une distance de 9 kilomètres, qui prendrait 15 minutes en voiture, il faut parfois faire jusqu’à une heure d’autobus ».




Autres facteurs, l’existence d’une seule et unique association d’aide aux immigrants (MCAF) qui malgré les efforts de ses employés, n’arrive pas au niveau escompté de la part des nouveaux arrivants. Le point est beaucoup plus mis sur les immigrants entrepreneurs, mais il n’y a pas grand-chose pour les immigrants des autres catégories, et certains agents demandent même de revoir les attentes à la baisse expliquant constamment, d’une manière subtile, qu’il n’y a pas beaucoup d’offres d’emploi dans la ville.

Les statistiques viennent confirmer cela. Statistiques Canada a indiqué que le taux de chômage de la province a bondi de 9,6 % en mai à 11 % en juillet 2015 dépassant à nouveau la barre symbolique des 10 %.

J’ai également remarqué que les gens préfèrent prendre leur voiture et sortir de la ville, certains cherchent davantage à faire des activités à Moncton ou Saint-Jean, d’autres vont se réjouir de la beauté du Hopewell Rock, de la baie de Fundy, des petite villes de St-Andrew ou St-Stephen au bord des frontières américaines (Maine), voire même d’aller visiter les provinces avoisinantes. On a aussi l’impression que la ville se vide, car les jeunes, une fois le diplôme en poche, préfèrent aller vers l’ouest pour chercher du travail.





D’autre part, la ville n’est curieusement pas si abordable que ça. Ceci reste peut-être quelque chose de personnel, mais en comparant avec le coût de la vie que j’avais eu à Ottawa et Montréal je trouve qu’à Fredericton, faire ses courses coûte plus cher.

Finalement, le climat hivernal est coriace à Fredericton. Honnêtement je ne m’en pleins pas ayant vécu 12 hivers canadiens, mais c’est la première fois de ma vie que je suis obligé d’appeler, là où je travaille, un nº spécial (État-opérationnel) pour savoir si on devrait se rendre au travail à l’heure habituelle, un peu plus tard ou pas du tout.
J’ai même entendu des résidents de longues date dans la ville, qui se plaignaient et n’en pouvaient plus de déneiger constamment. De temps en temps, on reçoit de violentes tempêtes hivernales qui déclenchent des vents puissants et qui amènent de fortes chutes de neige avec elles. Les vols sont annulés, les écoles, les bureaux gouvernementaux et les universités un peu partout dans la province ferment. Plusieurs événements ou plans prévus devraient être revus ou annulés.. tout un casse-tête !


L'hiver à Fredericton:



Ceci cause beaucoup de soucis, car souvent l’entreprise des parents reste ouverte mais pas l’école des enfants, comment gérer cet imprévu ? Ou bien en prévision d’une tempête en fin de journée, les écoles décident de renvoyer les enfants un peu plus tôt, alors que faire ?




En résumé, sa paisibilité, sa nature, son histoire, son cachet victorien et la chaleur accueillante de ses habitants lui donnent un statut de ville canadienne bien particulier; c’est beaucoup plus une ville faite pour les familles, aussi longtemps qu'on puisse avoir un travail avec salaire alléchant.

Alors si on possède un travail consistant, et on recherche une vie simple, paisible et familiale, Fredericton est l’endroit parfait !




Dernière édition par kabi le 25/01/16, 03:56 pm, édité 1 fois

kabi

Masculin Nombre de messages : 3180
Age : 46
Résidence : New-Brunswick
Statut : Citoyen canadien
Date d'inscription : 18/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: FREDERICTON, la victorienne silencieuse

Message par thegoodone le 25/01/16, 10:51 am

Bonjour,

Merci Kabi pour tes efforts, ça aide beaucpup les gens intéressés par le Nouveau Brunswick Smile

Je me permet de rajouter quelques détails, que j'ai pu avoir en faisant le tour des forums et sites web...
Fredericton la capitale du NB demeure une ville très calme, et c'est la ville ou on retrouve le plus de fonctionnaires, (c'est un petit peu Rabat au Maroc)...la francophonie est présente dans cette ville grâce aux nombreux postes ( emplois) étatiques qui exigent le bilinguisme, en revanche les opportunités d'emploi hors gouvernement restent trop limitées dans cette ville, surtout si on l'a compare à Moncton ou St-jean. Beaucoup d'entreprise ou d'établissement sont installés sur Fredericton, mais les domaines d'emplois sont pas très diversifiés surtout que les entreprises privées sont peu présentes dans cette ville.
La ville est bien présentée au NB, elle a une bonne notoriété au sein de la province, et fait partie des grandes villes de la province, d'ailleurs c'est la Capitale Wink

Le problème des transports en commun est présent dans tout la province, même à Moncton...c'est une province à voiture ( d'après plusieurs vidéos que j'ai pu visionner)



avatar
thegoodone

Masculin Nombre de messages : 285
Age : 32
Résidence : Casablanca
Emploi : Sales Account Representative at Google AdWords
Date d'inscription : 19/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: FREDERICTON, la victorienne silencieuse

Message par kabi le 26/01/16, 05:53 pm


Tout le plaisir est pour moi thegoodone


thegoodone a écrit:la francophonie est présente dans cette ville grâce aux nombreux postes ( emplois) étatiques qui exigent le bilinguisme,


Je dois juste clarifier ce petit point.

Effectivement il y a un brin de Francophonie à Fredericton, elle n’est pas si présente qu’à Moncton par exemple.
J’avais demandé à l’agent d’établissement francophone de la seule association d’aide aux immigrants, à propos d’une activité sur l’immigration francophone, mais apparemment il n’était pas au courant que cela existe.

En plus quand on parle de bilinguisme et de considérer son français comme un atout, il faut se mettre dans l’esprit que nous devrions d’abord maitriser l’anglais afin de pourvoir considérer cet aspect de francophonie comme atout.

Reste que, pour une personne qui voit les portes se fermer au Québec ou qui ne se plait pas au Québec, le Nouveau-Brunswick est une bonne alternative .

kabi

Masculin Nombre de messages : 3180
Age : 46
Résidence : New-Brunswick
Statut : Citoyen canadien
Date d'inscription : 18/05/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: FREDERICTON, la victorienne silencieuse

Message par thegoodone le 28/01/16, 11:07 am

kabi a écrit:
En plus quand on parle de bilinguisme et de considérer son français comme un atout, il faut se mettre dans l’esprit que nous devrions d’abord maitriser l’anglais afin de pourvoir considérer cet aspect de francophonie comme atout.

Oui je te rejoins royalement sur ce point Kabi, alors de mon coté j'essai d'améliorer mon Anglais dès mnt, avant que j’atterrisse au Nouveau Brunswick Inchalah, et labàs faut perfectionner son anglais pour pouvoir utiliser son bilinguisme comme un atout professionnel sinon on manque d'avantage concurrentielle.
avatar
thegoodone

Masculin Nombre de messages : 285
Age : 32
Résidence : Casablanca
Emploi : Sales Account Representative at Google AdWords
Date d'inscription : 19/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum